En cas d'absence

Publié le par lire.et.dire.over-blog.com

Comme le souhaite la collection PhotoRoman, Corine Mercadier a confié à la maison d'édition Thierry Magnier une série de photo réalisées pour celle-ci en polaroïd. Frédérique Niobey, originaire de Bretagne où elle est née en 1961, est chargée d'imaginer et de créer une intrigue autour de ces clichés photographiques aux teintes rendues poétiques par le polaroïd.


En cas d'absence nous décrit dans une langue particulière les souvenirs d'un jeune garçon ayant toujours vécu dans l'absence  maternelle, et qui reçoit un jour par mail des nouvelles de sa mère. En effet, celle-ci retrouve la trace de son fils par le biais d'un concours photo auquel celui-ci a participé et qu'il a remporté. Ce concours repose sur la thématique des "clichés d'enfance". Problème : Martin, le jeune héros adolescent, n'en possède pas ; ou alors très peu. Quelques photos de classe... En avançant dans le récit, et en observant les quelques photos illustrant l'oeuvre, nous avançons progressivement dans les souvenirs intimes et profonds de Martin, ses doutes, ses angoisses et sa renaissance.

 

Malgré un style particulier, plutôt simpliste dans l'utilisation de la ponctuation ou encore dans la manière de former les phrases (à plusieurs reprises nominales, ce qui complexifie la compréhension), la lecture de ce roman demeure particulièrement agréable et originale dans le concept du mariage « photo-écriture ». Pour les intéressés en photograhie qui n'ont pas de penchant particulier pour la lecture, cette collection, et plus particulièrement ce récit, leur permettent de lier ces deux arts d'une manière poétique. Ceci, grâce aux photos polaroid à la couleur bleutée ainsi que par le texte au scénario émouvant, qui nous font finalement oublier les quelques défaillances stylistiques.

 

Juliette Contat.

 

En cas d'absence, Frédérique Niobey.

  Blogphotos 013@Pola(20110530185248)

Commenter cet article