Nagasaki

Publié le par lire.et.dire.over-blog.com

240px-Oshima Bridge2By Taqmatsu (Own work.) [Public domain], via Wikimedia Commons

Eric Faye est né en 1963. Ecrivain depuis l'âge de 20 ans, il s'est tourné vers la rédaction de romans en 1995. A travers sa «longue nouvelle»  inspirée de faits réels, Nagasaki, il nous livre une certaine frustration, comme si son oeuvre était le révélateur d'un "manque" évident.

 

Tout d'abord, l'intrigue évolue autour d'un personnage peu charismatique : Shimura Köbö, météorolgue quinquagénaire, célibataire, suivant son mode de vie monotone, comme tant d'autres de nos jours. La disparition de nourriture le pousse à croire qu'un individu vient fréquemment dans sa maison. Il surprendra ce dernier dans sa cuisine via une webcam qu'il a installée et appellera la police pour faire cesser ces agissements. L'intruse (puisque nous apprendrons qu'il s'agit d'une femme) se retrouvera finalement derrière les barreaux. Jusque là, rien de bien intéressant.

 

C'est en découvrant le point-de-vue intime et personnel de "l'intruse" que la lecture du roman devient plus agréable voire franchement surprenante lors des dernières pages.

 

Dommage que l'auteur ait décidé de couper son récit au moment où il trouvait de l'intéret, laissant un lecteur désabusé face à un sentiment d'inachevé. Au final, une "anecdote" qui aurait pû se révéler bien plus intéressante que le morne fait divers digne d'un article journalistique des plus plats que nous offre Faye.

 

Nagasaki,Eric Faye

Commenter cet article